Bandeau inférieur

Histoire de Compiègne /Les monuments de Compiègne

La chapelle Notre-Dame de Bonsecours

Chapelle Notre-Dame de Bonsecours (photo SHC)Cette chapelle est née d’un double voeu. Celui que prononça un capucin, le Père Boniface, devant le tableau de la Vierge à l’Enfant qu’il vénérait particulièrement, afin de protéger son couvent de l’invasion espagnole de 1636. L’année suivante, celui des attournés, administrateurs de la ville, émus par les ravages de la peste. A la chapelle des Capucins, reconstruite en 1654, fut réunie celle des attournés, située en lisière de forêt et dédiée à saint Roch et saint Sébastien. Plusieurs guérisons miraculeuses furent attestées, de nombreux ex-voto recouvrirent les murs.

Ce haut lieu de la piété compiégnoise, fréquenté par la famille royale, attirait particulièrement les pèlerins pendant la neuvaine de l’Annonciation ; alors que se tenait la populaire foire des Capucins.

Les paroisses de la ville s’y rendaient en procession trois fois par an jusqu’en 1789, encore annuellement sous la Restauration. 

Façade de la chapelle (photo SHC)La tradition fut reprise le 15 août 1945, après le voeu prononcé par le conseil municipal en l’église Saint-Jacques, le 25 juin 1944, afin d’obtenir une heureuse libération.
Cette chapelle fut sauvée de la Révolution, grâce à la piété d’une famille voisine qui l’acheta, l’entretint, et finit par la donner à la ville, en 1981.

Sur la façade de la chapelle on peut voir,en haut, la Vierge protectrice de la ville, à gauche Saint Roch et à droite Saint Sébastien. Ces trois statues semblent provenir de la chapelle édifiée lors de la peste de 1637 qui se situait en bordure de forêt, entre les chemins de Béthisy et de Champlieu, mais qui était ruinée.
Texte de François Callais