Bandeau inférieur

Histoire de Compiègne /L'Histoire vue par la presse locale

Déclaration de la guerre 14-18

Journaux à télécharger

Ce que vous découvrirez dans le journal

Journal du 2 août 1914 :
Lire page 1 : la mobilisation générale en France et à Compiègne
Lire page 2, colonne 1 et suivantes : Compiègne se prépare à la guerre

Journal du 8 août 1914 :
Lire pages 1 et 2 :
la guerre est déclarée ; appel du Maire de Compiègne
Page 2 colonne 4 : la mobilisation à Compiègne

Le contexte historique

Cette première guerre mondiale eut surtout des causes lointaines et fut l’aboutissement des rivalités impérialistes qui déchiraient l’Europe un demi-siècle et  se traduisaient dans le jeu des alliances : Allemagne et Autriche-Hongrie puis Triplice (avec l’Italie), France et Russie puis Triple Entente (avec la Grande-Bretagne). Les responsabilités dans le déclenchement de cette tragédie apparaissent très partagées.
Le détonateur du processus aboutissant à la guerre est le double assassinat de l’archiduc François –Ferdinand, héritier du trône d’Autriche- Hongrie et de son épouse, à Sarajevo le 28 juin 1914 par un étudiant nationaliste serbe de Bosnie. Les autorités autrichiennes soupçonnent immédiatement la Serbie voisine d’être à l’origine du crime et pensent avoir trouvé le prétexte d'en finir avec le foyer pro-slave que constitue la Serbie. En Allemagne, l’empereur Guillaume II assure l'Autriche de son appui inconditionnel et lui conseille la fermeté. Après concertation avec l'Allemagne, le 23 juillet,  l’Autriche-Hongrie lance un ultimatum en dix points à la Serbie dans lequel elle exige que les autorités autrichiennes puissent enquêter en Serbie. Le lendemain, à l’issue de son  Conseil des ministres tenu sous la présidence du Tsar Nicolas II à Krasnoïe-Sélo, la Russie ordonne la mobilisation générale pour les régions militaires d’Odessa, Kiev Kazan et Moscou ainsi que pour les flottes de la Baltique et de la mer Noire. Les Serbes décrètent la mobilisation générale le 25 et, au soir, déclarent accepter tous les termes de l’ultimatum, hormis celui réclamant que des enquêteurs autrichiens se rendent dans le pays. Suite à cela, l’Autriche rompt ses relations diplomatiques avec la Serbie, et ordonne le lendemain, une mobilisation partielle contre ce pays pour le 28, jour où, sur le refus d'approuver son ultimatum lancé 5 jours plus tôt, elle lui déclare la guerre.
Le 29 juillet, la Russie déclare unilatéralement – en dehors de la concertation prévue par les accords militaires franco-russes – la mobilisation partielle contre l’Autriche-Hongrie. Le chancelier allemand Bethmann-Hollweg se laisse alors jusqu’au 31 pour une réponse appropriée. Le 30, la Russie ordonne la mobilisation générale contre l’Allemagne. En réponse, le lendemain, celle-ci déclare l'état de guerre le 31 juillet. L’empereur d’Allemagne Guillaume II demande à son cousin le tsar Nicolas II de suspendre la mobilisation générale russe. Devant son refus, l’Allemagne adresse un ultimatum exigeant l’arrêt de sa mobilisation et l’engagement de ne pas soutenir la Serbie. Un autre est adressé à la France, lui demandant de ne pas soutenir la Russie si cette dernière venait à prendre la défense de la Serbie. En France, Jean Jaurès est assassiné à Paris le 31 juillet. Le 1 août, à la suite de la réponse russe, l’Allemagne mobilise et déclare la guerre à la Russie.
En France, le gouvernement décrète la mobilisation générale le même jour, à 16h00. Le lendemain, l’Allemagne envahit le Luxembourg, un pays neutre et adresse un ultimatum à la Belgique, elle aussi neutre, pour réclamer le libre passage de ses troupes. Au même moment, l’Allemagne et l’Empire ottoman signent une alliance contre la Russie. Le 3 août, la Belgique  rejette l’ultimatum allemand. L’Allemagne, qui entend prendre l’initiative militaire selon le plan Schlieffen, déclare la guerre à la France qui, à l'ultimatum allemand, avait répondu que « la France agirait conformément à ses intérêts » mais avait retiré  ses troupes de plusieurs kilomètres fin d’éviter tout accident à la frontière et prouver sa bonne foi.. Le Royaume-Uni déclare qu’elle garantit la neutralité belge, et réclame le lendemain que les armées allemandes, qui viennent de pénétrer en Belgique, soient immédiatement retirées. Le gouvernement de Londres ne reçoit aucune réponse, et déclare donc la guerre à l’Allemagne. Seule l’Italie, membre de la Triplice qui la lie à l'Allemagne et à l'Autriche, se réserve la possibilité d'intervenir plus tard suivant les circonstances. Le 6 août, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Russie aux côtés de l’Allemagne. Le 11, la France déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie, suivie par l’Angleterre le 13. Le Japon, allié de la Grande-Bretagne, déclara la guerre à l’Allemagne le 23 août. Enfin, le 29 novembre, la Turquie-plus ou moins liée à l’Allemagne depuis les débuts de la construction du chemin de fer de Bagdad- se range à ses côtés.
Lorsque la mobilisation est décrétée en France le 1 août 1914,  beaucoup pensent que la guerre sera courte. La guerre va durer quatre ans et embraser le Monde.